Jean-Maurice invite

Le Jardin botanique du Nouveau-Brunswick a «germé» dans la tête d’un citoyen exceptionnel : le regretté Jean-Maurice Simard, député d’Edmundston, ministre influent du Nouveau-Brunswick et Sénateur.

Il portait une attention soutenue envers le progrès et le rayonnement de sa région. Tout l’intéressait : de l’histoire à l’éducation, en passant par la jeunesse, le sport, la gastronomie, l’aménagement et le développement des ressources humaines, naturelles et patrimoniales locales et régionales.

Tout au long de sa carrière, il a aussi exprimé une grande admiration pour les arts et la culture. Et surtout pour les créateurs qui osent tenter de recréer le monde, en redessinant la vie qui bat, en peignant de couleurs audacieuses le temps et l’espace dans lesquels ils naissent, vivent et créent.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant qu’il ait eu l’idée de créer un jardin botanique, un espace de vie et de création qui, sous la canopée du monde végétal, unit l’écologie, la science, l’éducation, la recherche, sans oublier la conservation, la curiosité, la famille et la diversité. Et, bien sûr, la culture.

Pour honorer l’apport essentiel de Jean-Maurice Simard à la fondation du Jardin et afin de promouvoir les arts et la culture au Jardin, de valoriser les artistes et artisans de toutes disciplines, tel qu’il le souhaitait, le Jardin botanique lance sa programmation : « Jean-Maurice invite ».

Cet événement se déroulera chaque année, entre le début juillet et la fin août.

Cette année, cette programmation prendra les allures d’une grande fête populaire puisqu’elle sera présentée dans le cadre du Congrès mondial acadien 2014.

Au programme 2014 :

  • Exposition Bien dans mon Jardin – exposition de chaises Adirondack «revues et corrigées » par une vingtaine d’artistes invités
  • Festival dʼHerbes en Herbes au Jardin de plantes médicinales et aromatiques
  • Le bal des lucioles (développement et expérimentation en 2014)
  • Exposition Papillons du monde (exposition de papillons vivants)
  • Exposition Partager les ressources de la terre - œuvre de mosaïculture montrant l’accueil des Acadiens et des Canadiens-français par les Malécites du Madawaska
  • Invitation à visiter notre citrouille géante
  • Le Jardin participera au décor de la rue principale à Saint-Jacques (environ 75 bacs à fleurs, 50 paniers de fleurs dans les poteaux, oriflammes sur environ 50 poteaux avec fleurs, logo du Jardin et nom des familles fondatrices du village de Saint-Jacques), au décor de la rue principale à Saint-Basile (40 paniers de fleurs), au décor de la municipalité de Clair (installation d’une mosaïculture) et au décor du centre-ville d’Edmundston (installation d’une mosaïculture, plusieurs douzaines de bacs à fleurs, design, planification et assistance dans l’aménagement de plusieurs plates-bandes)

À ces moments forts de la saison, s’ajouteront d’autres activités qui feront le bonheur des petits et des grands :

  • Conférences Croiser le temps (généalogie des familles du Madawaska avec M. Jean-Guy Poitras et plusieurs autres) Projections de films sur écran géant au Jardin et sur la rue principale de Saint-Jacques
  • Activités gastronomiques certains jours
  • Menu spécial au Café Flora

Finalement, le Jardin conclura sa saison avec la cinquième édition de la Grande grouille d’automne qui se tiendra du 2 au 5 octobre 2014 (plusieurs milliers de citrouilles sculptées, décorées et illuminées, des décors féériques, des jeux de lumières et de couleurs, des projections de films sur écran géant, des musiciens et des figurants pour le plaisir des petits et des grands).

Ce billet est le fruit d’une collaboration avec monsieur Rino Morin Rossignol. L’artiste et chroniqueur pour l’Acadie nouvelle était un proche du Sénateur Jean-Maurice Simard. Il a été conseiller politique du premier ministre Richard Hatfield de 1980 à 1986, période où il travaillait de près avec le député d’Edmundston et ministre Simard. Il m’apparaissait donc tout à fait naturel de faire appel à ses connaissances et à son talent d’écrivain pour honorer le grand homme qu’était Jean-Maurice Simard.