Transport aérien: un service de nolisement pourrait bientôt être offert aux entreprises de la grande région d’Edmundston

De gauche à droite sur la photo : Gilles Daigle, président de la CC d'Edmundston; Luc Michaud, président d'Aéroport du Madawaska inc.; Jérémy Hamel, représentant de la compagnie Strait Air; Cyrille Simard, maire d'Edmundston. — Photo contribution monsieur Guy Lebel, décembre 2013.

Hier midi, lors du dîner mensuel organisé par la Chambre de Commerce d’Edmundston, les conférenciers étaient Messieurs Luc Michaud et Jérémy Hamel. Luc Michaud est propriétaire de la compagnie Évaluation 2000 inc. et président d’Aéroport du Madawaska inc., un organisme sans but lucratif qui a comme mandat de gérer et de développer l’aéroport municipal d’Edmundston situé à Saint-Jacques.

Quant à lui, Jérémy Hamel est responsable du développement des affaires auprès de la compagnie Strait Air. Cette dernière offre plusieurs types de services dont, le transport aérien par nolisement, la gestion d’aéronefs, des vols touristiques de chasse et de pêche et un service d’évacuation médical.

Les deux hommes d’affaires ont informé la communauté d’affaire du travail ayant été accompli durant les 12 derniers mois afin d’offrir un accès aérien aux entreprises, aux organismes et aux individus de la région qui veulent se déplacer vers l’extérieur ainsi qu’aux compagnies qui voudraient venir investir chez nous.

Luc Michaud a déclaré que « l’histoire du transport aérien dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick est une longue histoire mouvementée et ponctuée de plusieurs rebondissements. Après 32 ans, la région du Madawaska est toujours à la case de départ. En effet, depuis 6 ans nous n’avons aucun transporteur aérien pour nous servir. Pourtant, tout le monde s’entend pour dire qu’un aéroport fonctionnel est un outil de développement économique essentiel. »

Monsieur Michaud a ajouté que, « toutes les villes prospères du pays et de la planète réussissent à se développer et à se démarquer parce qu’elles peuvent garantir un accès aérien pour le transport des biens, des personnes et des services en provenance de et vers leur communauté.

Chez nous au Madawaska, le transport a toujours été au centre de nos préoccupations et le manque d’accès (aérien, autoroute à 4 voies, route corridor, autobus, train, etc.) a souvent été identifié comme étant un frein à notre développement économique et la cause principale de notre isolement. »

Par ailleurs, l’homme d’affaires a reconnu le travail accompli par ses prédécesseurs, « nous reconnaissons que beaucoup d’intervenants politiques et économiques ont travaillé dur afin d’établir un service adéquat au cours des 32 dernières années et nous louons leurs efforts et leur détermination. C’est donc dans le plus grand respect du travail de ces derniers que nous avons imaginé une solution que nous croyons plus adaptée à notre réalité. »

Lors de sa présentation, Jérémy Hamel a expliqué les avantages d’un service aérien par nolisement. La compagnie qu’il représente oeuvre dans le domaine depuis le début des années 2000. La compagnie dont le siège social est situé à Forteau au Labrador détient plusieurs points de service au Québec soit: Blanc-Sablon, Québec, Sept-Îles et Trois-Rivières. La compagnie possède une flotte de 10 aéronefs (6 Piper Navajo et 3 Beechcraft King Air et 1 Beever sur flotte).

Monsieur Hamel a expliqué la structure de prix pour les services de nolisement. Une plate forme qui permettra aux futurs usagers de réserver des places sur un vol est actuellement en préparation. Monsieur Hamel se dit également prêt à travailler avec les agences de voyages de la région qui souhaiteraient réserver des places sur les vols de la compagnie.

Afin de pouvoir offrir les services avec un avion et du personnel basé en permanence à l’aéroport municipal d’Edmundston la compagnie aurait besoin d’un engagement de la part de la communauté d’environ 200 heures de vol par année, ce qui parait réalisable. Jérémy Hamel a confié que déjà, la Première Nation Malécite du Madawaska et sa Corporation de développement économique ont démontré un grand intérêt pour acheter un bloc d’heures de vol.

Le maire d’Edmundston, Cyrille Simard, qui suit l’évolution du dossier de près avec son Conseil municipal a remercié les conférenciers et a laissé entendre que la Ville d’Edmundston était ouverte à collaborer pour trouver une solution à long terme en ce qui a trait au transport aérien pour la grande région d’Edmundston.

Nous publierons dans les prochaines semaines une série de courts billets visant à informer et à répondre aux questions de nos lecteurs sur les services que l’on prévoit développer et offrir à l’aéroport municipal d’Edmundston.