Devrions-nous permettre la vente de bière et de vin dans certains commerces du Nouveau-Brunswick?

La question a déjà été soulevée à plusieurs reprises au cours des dernières années, mais le gouvernement du Nouveau-Brunswick n’a pas encore évolué ni légiféré en cette matière.

En 2014, plusieurs des provinces canadiennes permettent la vente de bières et de vins dans les commerces et les épiceries. Est-ce que les habitants de ces provinces en souffrent? Y a-t-il plus d’alcoolisme dans ces provinces? Les jeunes sont-ils plus à risques? Le gouvernement va-t-il se priver de revenus importants? Le prix de l’alcool va-t-il augmenter? Selon le journaliste Pierre-Guy Veer qui a étudié la question, la réponse à chacune de ces questions est non et les données sont là pour le démontrer.

Accepter la vente de la bière et du vin dans les commerces du Nouveau-Brunswick serait bon pour l’économie du Nouveau-Brunswick et permettrait une meilleure répartition de la richesse dans nos différentes communautés. Arrêtons de nous mettre la tête dans le sable! Les jeunes qui veulent des cigarettes, de la bière et des drogues n’ont aucun problème à s’en procurer. La seule façon de vraiment protéger nos jeunes, c’est de les éduquer, de les écouter et de communiquer régulièrement avec eux.

Comme ont dit souvent, la modération à bien meilleur goût, et, il en va ainsi de notre alimentation, de notre utilisation de drogues prescrites, et de notre consommation de vin, de spiritueux et de bière.

Alors, qu’attendent nos législateurs pour assouplir la Loi sur la réglementation des alcools afin de rendre la vente de bières et de vins possible dans les dépanneurs, les épiceries ou des commerces spécialisés du Nouveau-Brunswick?

Là-dessus, je vous dis, CHEERS!

Sources : Pierre-Guy Veer (Le Québécois Libre), Loi sur la réglementation des alcools (Nouveau-Brunswick)