Qu’avons-nous en commun avec les Mayas, les Vikings et les Romains?

Vous avez trouvé? Eh bien, comme pour la plupart de nos sociétés modernes, chacune de ces grandes civilisations a été, à des époques différentes, une grande puissance. Leurs avancements technologiques, leurs économies et leurs organisations sociales faisaient en sorte qu’elles étaient parmi les plus prospères de leurs époques. Pourtant, elles se sont toutes écroulées et plusieurs ont complètement disparu. Pourquoi?

C’est ce que Jared Diamond a tenté d’expliquer dans son livre titré Effondrement: comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie (2006). Selon le professeur émérite, la guerre avec des voisins hostiles, la perte de partenaires commerciaux, une mauvaise utilisation des ressources naturelles, les changements climatiques et les réponses des sociétés elles-mêmes à ces problèmes environnementaux sont les principaux facteurs ayant participé à l’écroulement de plusieurs sociétés. Par exemple, au nombre des problèmes environnementaux engendrés par les actions des Mayas, mentionnons les suivants:

  • la déforestation et la destruction des habitats;
  • les problèmes reliés aux sols (l’érosion, la salinalisation et la perte de fertilité);
  • une mauvaise gestion de l’eau;
  • la surpêche;
  • l’introduction d’espèces invasives (plantes et animaux) dans de nouveaux écosystèmes;
  • la surpopulation.

Site de sables bitumineux

Récemment (19 mars 2014), les auteurs d’une étude indépendante, financée par la NASA, arrivaient à la conclusion que la race humaine courait à sa perte si elle ne modifiait pas sa façon d’exploiter les ressources de la planète. Le modèle mathématique construit et testé par l’équipe de chercheurs permettrait de mieux comprendre les interactions entre les populations humaines et les ressources naturelles que ceux-ci exploitent et utilisent.

Les chercheurs insistent sur le fait que pour éviter un effondrement de nos sociétés modernes nous devrons 1) voir à une répartition plus équitable des ressources de la terre entre les riches et les pauvres et 2) harmoniser la croissance des populations humaines avec la capacité de régénération de la nature.

Qu’en pensez-vous? Avons-nous raison de nous inquiéter?

Sources : Human and Nature Dynamics (HANDY), Bateau Viking (image), Sables bitumineux (image)